Les sardines en folie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 26 avril 2013

En travaux...


Ce soir et cette nuit, les Sardines en Folie seront en travaux. 

Ben oui, on écrit trop... Nan, les Sardines plaisantent. Mais, le blog va subir un toilettage ! En espérant que les perturbations ne durent pas trop longtemps !

Merci de votre compréhension et
à très vite !


Toutes les infos en bref seront disponibles sur Facebook, s'il y avait besoin !

jeudi 25 avril 2013

De Ris en Rhu. Quelle semaine !

Cette semaine : des sous, des arrêts, de la précision, un peu de Facebook, des webcams, de la surveillance, des homos, un mariage et pas d'enterrement. Ouf  !








Les observations de la CRC à Dz Communauté
C'est le blog d'EELV Douarnenez qui nous a conduit à aller consulter le rapport définitif de la Chambre régionale et territorial des comptes (CRC) sur la situation des finances et de la gouvernance de Douarnenez communauté. 
Le moins que l'on puisse dire est que si rien ne va réellement bien, tout pourrait aller mieux, à peu de frais et d'efforts. A noter en particulier quelques errements plus ou moins importants au niveau de la commande public : en clair, commander sur le seul critère de prix n'est pas forcément une source d'économie à moyen terme (p.3 du rapport). L'autre point sensible et relevé par la CRC est celui de l'absentéisme (p.18 du rapport – Lire aussi la réponse de M. Rémi Bernard à la CRC). Le nombre de jour d'arrêt maladie a ainsi, en moyenne progressé de 30% par personne entre 2009 et 2011. Il doit y avoir quelque chose de nocif pour la fonction publique territoriale en cité penn sardin.
Certains élus s'étonnent encore de la faible connaissance de la communauté de communes par les administrés. C'est un fait, et il est écrit quasiment en clair dans les observations, seul le domaine du traitement des déchets trouve un réel écho aux oreilles de la population. 
Espérons que le rendez-vous des municipales 2014 permette de saisir d'autres domaines d'exercice et de savoir enfin pour quelle réalisation œuvre la com-com douarneniste.

William Boulic se fait plus concis que Rémi Bernard
Appelé à répondre aux observations de la CRC (celle-ci enquêtant sur les années 2008 et suivantes), William Boulic, en tant qu'ancien président de Douarnenez communauté, ne manque pas de répondre de manière détaillée aux observations. Il est un peu plus long que Rémi Bernard et pour un peu, à le lire, on pourrait le croire toujours en poste. 
Certaines blessures auraient-elles du mal à guérir ?

Facebook, espion génial

Alors que le débat sur le mariage pour tous était en discussion au Sénat, Philippe Paul livrait au Télégramme sa position sur le sujet.



Ok, vous n'êtes pas pour, nous dites-vous. "Je m'oppose à cette loi d'une part, par devoir de solidarité vis-à-vis de mon groupe au Sénat et, aussi, parce que je n'aime pas le terme de mariage." Enfin, ça dépend à qui il s'applique, hein ? 
Oui, les fiches de Facebook regorgent d'informations plus ou moins utiles sur qui y est inscrit. Tout dépend de ce que l'on cherche. Un détour du côté de vos amis sur FB porte en effet à notre connaissance que dans vos amis, il y a "Manif pour tous – Finistère". 
La seule chose que nous puissions alors vous demander, Monsieur le sénateur-maire, est de garder Frigide Barjot loin de Douarnenez pour ne pas créer de troubles en ville… Enfin, si vous souhaitiez l'inviter, faites-le à l'occasion du festival du cinéma de Douarnenez, qui avant (et toujours, même s'il en a perdu l'appellation) s'attache aux minorités. L'année dernière, rappelons-le, le festival s'intéressait à la population LGBT (entendez lesbienne, gay, bi et transexuelle).

Et une demande de mariage !
C'est Ouest France qui nous l'annonçait ce jeudi, sur son site internet. La veille, le service de l'état civil recevait sa première demande.
Quel sera l'adjoint choisi (c'est mieux) ou désigné (c'est moins bien) pour procéder au premier mariage pour tous (et homosexuel) à la mairie ? Suspens ! Terrible suspens. 

Il va falloir attendre la promulgation de la loi, puis la publication de bancs en mairie... Reste que la cité penn sardin n'est pas à la traîne sur ce coup.
Nous, on leur souhaite plein de bonheur et on veut bien la photo !!

Finances. On n'a pas le choix. Vraiment ?
Le Télégramme à nouveau, à l'occasion d'un dossier sur les impôts et plus particulièrement sur les compensations versées par l'État aux collectivités territoriales (22 avril 2013 – Ouest Cornouaille), a interrogé Erwan Le Floch, adjoint aux finances. 
Sur les efforts et restrictions, il n'est pas économe à les annoncer. Mais bizarrement, le futur chantier de refonte des Halles n'est pas sur ses écrans radar. Étonnant pour un dossier à plus de 4 millions d'euros. Pourtant, ne pas dépenser autant serait certainement une sacrée bouffée d'air frais pour le budget de la ville. 
En même temps, nous on dit ça, on dit rien…

Les Halles. Comment se présente l'enfant ?
C'est dans quelques jours que sera clos le dépôt d'offre concernant "la maîtrise d’œuvre pour la restructuration lourde du bâtiment des halles de Douarnenez en pôle culturel et avec création d’espaces commerciaux" (sic). Ce sera précisément le vendredi 3 mai à 12h. 
Si les Sardines se posent la question de savoir comment se présente l'enfant, c'est qu'il est écrit que le dépôt des offres doit se faire auprès du service Accueil – État-civil. Les élus avaient-ils peur qu'en l'envoyant aux services techniques, ils utilisent des outils trop barbares au cas où l'accouchement se passe mal ? 
Quand maïeutique et obstétrique se rencontrent...

Souriez, vous êtes filmés !
Douarnenez communauté nous permet depuis quelques jours d'observer par webcam en direct, la plage des Sables-Blancs et le Port-Rhu. Le vendredi 29 avril, dans Ouest France, il nous était dit : 
"Les visages sont floutés, les plaques d'immatriculation illisibles", certifie le mandataire de service.
Et certains de penser immédiatement aux séries américaines, parmi lesquelles Les Experts, pour se lancer dans l'élaboration d'une possible surveillance, voire d'une reconnaissance des personnes filmées. Allez, détendez-vous. La résolution de l'image de ces webcams, combinée à la distance et leur positionnement ne permet pas de le faire. En attendant, souriez, vous êtes quand même filmés. 
Au passage, un amical salut aux courageux baigneurs du jour !

Douarnenez - Les Sables-Blancs - Jeudi 25 avril - 21° à l'ombre...
Les Sardines.

mercredi 24 avril 2013

Livioù. Quand la musique se veut couleurs

C'est le petit dernier des festivals musicaux du pays de Douarnenez. Une commune de 1 600 habitants a dit oui. Douarnenez a dit non. Ce n'était pas faute de chercher du côté des Plomarc'h. Mais la rencontre n'a pas eu lieu. Alors, en avant la musique, un peu plus loin.
Màj. 16:58 - Mercredi 24.04.2013


Une petite commune accueillante et motivée, pas loin de la cité penn-sardin, a les atouts nécessaires aux yeux des organisateurs pour relever le défi. C'est donc à Poullan-sur-Mer que va s'amarrer le festival Livioù. Mais pourquoi un nouveau festival musical au cœur de l'été, alors qu'il y a déjà pléthore ?

Naturel et évident
Hélène Labarrière*
A cette question, Serge Hilbert, président de l'association Livioù (il est aussi le directeur de Temps Fête, association partenaire de Livioù. Ndr)  répond sans détour : "il s'agit de construire un festival qui en soit un. Un festival doit permettre de créer des ponts musicaux entre les artistes, qu'ils se connaissent ou non. Il s'agit aussi de permettre une 'vraie' rencontre entre les artistes et le public".

Gérald Martin, le programmateur musical du festival, est lui aussi convaincu de l'esprit qui anime les équipes et l'association. "L'idée pour nous est de créer et partager un moment qui se vit et ne se consomme pas simplement. Le futur rendez-vous se construit sur un désir : créer un moment de partages et d'échanges. Puisque la musique est libre, il faut casser les barrières, sans marqueurs sociaux entre les musiques."

Un investissement que Poullan espère durable
Tony Hymas et Jacky Molard*
A ce crédo, Martine Le Goff, maire de Poullan-sur-Mer adhère immédiatement. "Bien sûr, il a fallu expliquer avant de voter la subvention. Lorsque l'équipe est venue nous proposer le projet, l'idée qu'il fallait oser s'est imposée. Nous n'avons ni cercle, ni bagad. Mettre notre commune en avant à cette période de l'été est un atout pour nous."

Et il est vrai, au vu d'une programmation très dense pour une première, que les organisateurs proposent déjà un plateau de choix et varié.  "Avec la ville de Douarnenez, nous ne sillonnions pas dans le même esprit", note Serge Hilbert. Poullan signait plutôt deux fois qu'une, face à une invitation que chacun appelle à durer longtemps.

Le premier festival aura lieu du 9 au 11 août prochain, à l'air libre, au Jardin de Bel Air et alentours. Les Sardines vous en reparleront !

De gauche à droite : Serge Hilbert, Martine Le Goff, Tony Hymas, 
Jacky Molard, Gérald Martin, Jean Rochard et Hélène Labarrière
Thomas Rocher.

* Trois artistes sont associés à cette première édition : le pianiste anglais Tony Hymas, la contrebassiste Hélène Labarrière et le violoniste Jacky Molard. Ils se sont produits pour la première fois en trio le jeudi 18 avril à Douarnenez. Associé aussi et acteur du festival, Jean Rochard, producteur du label musical nato. 

Photos des artistes en concert : © Éric Legret- Livioù 


> Sur le web : www.livioufestival.com



lundi 22 avril 2013

C'est fait ! Les pompiers ont gagné leur nouvelle caserne

Les pompiers sont ponctuels. Prévu à 11 heures, le cortège de camions et autres véhicules s'est fait entendre à l'heure au centre-ville. Une petite foule s'était massée notamment au Bolomig pour voir et saluer le cortège qui gagnait la zone de Bréhuel.


Les enfants ont plus particulièrement apprécié tous ces rutilants véhicules passant sirènes hurlantes, mais à petite vitesse, prudence obligeait. 

Un petit bouchon s'est formé le long des rues Jean Bart et Jean Jaurès, alors que les véhicules gagnaient leur nouveau centre opérationnel, mais sans agacement manifeste du côté des automobilistes. Nombre d'entre-eux ont préféré quelques appels de phares ou coups de klaxon.

TR.

vendredi 19 avril 2013

Sainte Rita, avocate des causes désespérées - Violette Gallet


"Violette, il est un peu capillotracté le début de ta chronique ! Mais fonce, fonce..." Tiré par les cheveux, le début de ma chronique ?!!! Tout ça parce-que je me suis égarée dans mon ode à Sainte Rita. Je vous vois ouvrir de grands yeux, mais vous avez bien lu, j'ai décidé de parler de Sainte Rita. 


Non, elle n'est pas l'arrière, arrière, arrière cousine de Bob Sinclar. Elle n'est même pas Douarneniste d'abord. Elle est italienne. Une soeur augustine, avocate des causes désespérées. Je vous passe sa bio elle n'enrichira pas ma chronique. 

Ce qui compte c'est son karma. Sa capacité à répondre aux demandes désespérées et je peux vous dire qu'elle en a du travail Sainte Rita... Non, mais sans rire, z'avez remarqué ? Avant, les gens, certaines gens, descendaient dans la rue pour obtenir des droits, conserver des acquis... Eh bien aujourd'hui, il y a des gens qui descendent dans la rue pour empêcher que d'autres de gens aient des droits. Vous me voyez venir avec mes sabots roses... 

Oui je parle du mariage pour tous. Et je me demande encore au nom de quoi n'aurions-nous pas le droit de nous unir à la personne que l'on aime, hein ?! Celui de la religion ? De la bonne morale ? Du bien des enfants ? Ben oui, en filigrane c'est du droit à l'adoption, à la procréation assistée, voire à la gestation pour autrui, dont il est question... On doit débattre, mais ce qui me chagrine, là, tout de suite, c'est que des milliers de gens manifestent pour que d'autres soient privés de droit. C'est juste insupportable.

C'est là qu'une amie m'a dit : "Ma pov' Violette, je pense que même Sainte Rita ne nous sera d'aucun secours !" Mouais ! Pourtant, moi et mes copines on l'aime bien Sainte Rita. Et puis la loi sur le mariage pour tous va passer, alors pourquoi implorer l'aide de Rita, me direz-vous ? Peut-être pour qu'elle essaye de réduire la fracture que l'on voit naître dans la société française, pour stopper les relents de haine, d'intolérance que l'on sent monter... 

"Arrête Violette, m'a dit ma copine, tu vas finir comme Frigide Barjot, barrée, et puis tu es athée, alors Sainte Rita, hein ! Faut juste lutter..." Voui, voui, ne rien lâcher je suis d'accord, mais devant la tâche, je me disais qu'un coup de pouce de not' sainte... "C'est à nous de dessiner la société que l'on veut, pas à Rita et tout le panthéon des Dieux. A nous Violette !!!!" Bon d'accord. 

M'enfin n'empêche qu'avec mes cop's ben, athées ou pas, il nous arrive d'aller mettre un cierge à Sainte Rita, là-bas à Sainte Marie du Ménez-Hom, on ne sait jamais...

Violette Gallet.

- page 1 de 28